Cultiver une image corporelle positive

développer une image corporelle positive - developing a positive body image

L’image corporelle affecte tout le monde. Et puis, je suis ravie de constater qu’on en parle de plus en plus grâce aux mouvements « body positive » et « fat acceptance ».  Mais, je ne suis pas sûr que tout le monde comprenne vraiment ce que c’est, surtout quand on parle d’image corporelle positive.  Donc, plongeons dans le sujet avec quelques définitions d’abord et puis, quelques conseils par la suite pour vous aider à cultiver une image corporelle plus positive.

Qu’est-ce que l’image corporelle ?

D’abord, quelle est votre définition/perception/réaction à ce terme ? Comment décrirez-vous cela ?

Selon moi, l’image corporelle est, tout simplement, la façon dont nous percevons et ressentons (ou vivons dans) notre corps.

Qu’est-ce qui influence notre image corporelle ?

L’image corporelle est influencée principalement par la culture dans laquelle nous vivons. Les normes (ou standards) de beauté sont déterminées par l’industrie de la mode et propagées par les médias. On est bombardée, constamment, par des messages qui dictent comment notre corps « devrait » être/paraître. En plus des normes de beautés qui nous sont imposées, notre image corporelle est affectée par les personnes qui nous tiennent à cœur (notre famille et nos ami-e-s) de par l’importance qu’ils accordent à l’apparence physique. Par exemple, si votre famille ou vos ami-e-s ont une vision plus inclusive de la beauté, vous avez plus de chances d’avoir une image corporelle positive.

À quoi ressemble une image corporelle positive?

Avoir une image corporelle positive ne signifie pas tout aimer chez votre corps en tout temps. En fait, c’est pas du tout ça ! Avoir une image corporelle positive c’est plutôt …

  • une conscience de la façon dont vous percevez et ressentez votre corps et l’ACCEPTATION de ce dernier afin de mettre temps et énergie ailleurs (sur autre chose que l’apparence physique).
  • être outillé pour faire face aux fluctuations dans votre image corporelle sans se laisser emporter par ces dernières.
  • reconnaître que votre valeur ne vient pas de votre apparence, mais se trouve à être intrinsèque (juste parce que vous êtes en vie)
  • reconnaître que les gens vous aiment pour qui vous êtes (tout ce que vous êtes) et que vous pouvez le faire aussi (mais vous n’êtes pas obligé ! La neutralité face à son corps est également une option).   

À la fin de la journée, une image corporelle positive se traduit par passer moins de temps à penser à ce à quoi votre corps ressemble et passer plus de temps à penser à ce que votre corps peut faire (et vous permettre d’être!).

Alors, comment cheminer vers une image corporelle positive ? Voici quelques conseils.

Comment puis-je cultiver une image corporelle plus positive?

  • Prenez le temps de vous regarder comme une personne entière. Vous êtes tellement plus que votre apparence physique, tellement plus qu’un corps. Pour vous regarder comme une personne entière, je vous invite à reconnaître vos traits physiques (ceux que vous aimez et ceux que vous aimez moins), mais aussi reconnaître ce que votre corps peut faire (par ex. aller faire une promenade, embrasser un ami ou un animal de compagnie, savourer un bon beigne, etc.) et qui votre corps vous permet d’être (généreux, intelligent, drôle, etc.).
  • Concentrez-vous sur vos expériences. Souvent, une image corporelle négative peut nous empêcher de faire les choses que nous aimons le plus. Quelques exemples : éviter de passer du temps à la plage ou un parc aquatique (en raison de l’exigence maillot de bain), éviter de manger les aliments que nous aimons le plus en public (parce que nous avons peur du jugement des autres), ou éviter d’être dans une photo de famille (parce que nous détestons la façon dont nous apparaissons dans des photos). Lorsque vous commencez à vous concentrer sur l’expérience vécue et des sensations de ce que vous aimez faire (au lieu de votre apparence en faisant ces choses), vous pouvez pleinement profiter de ces expériences.  Un de mes amis/collègues, Simi  Botic, résume si bien cette idée. Elle dit (et je traduit) à propos du corps  : «Regardez-le moins, vivez dedans plus! »
  • Faites quelque chose qui vous passionne ! Lorsque vous utilisez votre temps et votre énergie à faire quelque chose de vraiment cool et amusant, vous avez moins de temps pour réfléchir ce à quoi votre corps ressemble. Ce « quelque chose » n’a pas besoin d’être extravagant, juste de quoi qui vous tient à cœur et vous emballe. Qu’est-ce que ce serait pour vous ?

J’espère que vous avez une meilleure compréhension de ce qu’est une image corporelle positive ressemble et comment vous pouvez arriver à un endroit où vous vous sentez mieux au sujet de votre corps parce que vous vous concentrez sur la vie en elle plus et en regardant moins.

Si vous avez envie d’explorer davantage votre image corporelle, je serais ravie de vous accompagner. Pour ce faire, vous pouvez prendre rendez-vous ici ou simplement me contacter, surtout si vous avez des questions.

Cora Loomis, diététiste-nutritionniste – Sherbrooke, QC – 819.588.1546

2 Replies to “Cultiver une image corporelle positive”

  1. J’aime le concept de l’image corporelle saine, mais comment fait-on lorsque notre conjoint semble miner le peu d’estime qu’on a? Quand on se fait juger sur ce que l’on mange et en quelle quantité? Quand on sait très bien qu’il préfère les filles minces, mais que toi tu ne l’es pas? Bref, j’ai l’impression de souffrir inutilement à cause de mon conjoint, mais je ne sais pas comment m’y prendre pour changer les choses.

    1. Salut Élise,

      Merci pour votre question!! L’image corporelle saine est quelque chose qui se développe malgré le monde grossophobe dans lequel on vit. Les commentaires sur nos choix alimentaires ou notre poids/corps rend le tout plus difficile, mais pas impossible.

      Un des conseils que j’offre aux gens c’est d’en disctuer avec vos proches (dans ce cas, votre conjoint) et de mettre vos limites (par exemple, lui demander de ne pas faire des commentaires). On ne peut contrôler ce que les gens « préfèrent », mais on peut reconnaître le rôle des médias sociaux et l’industrie de la mode dans la création de ses préférences, et on peut contrôler à quoi on s’expose (en mettant nos limites au clair!).

      Bref, c’est certain que c’est plus difficile si vous vivez avec quelqu’un qui mine votre estime, mais je vous invite à mettre vos limites pour vous protéger le plus possible.

      Bon cheminement!
      Cora

Laisser un commentaire