Ce que j’ai appris du défi 100% local cette année

Tout au long du mois de septembre, c’était le défi 100% local au Québec.

Ayant adopté une alimentation végétalienne en 2017, j’ai le défi supplémentaire de manger « végétal » aussi! Et puis, quoique je n’ai pas réussi à 100%, le mois m’a permis de faire plein de découvertes, de retrouver des produits locaux et de chercher des alternatives nouvelles à mes choix habituels.

Je savais déjà que les légumes du jardin de ma mère ou bien  ceux du marché local proviennent de notre belle province, et je savais que les saucisses et fromages GUSTA sont fabriqués à Montréal, mais ce défi m’a permis de me questionner sur d’autre aliments. Je pense notamment à la farine, le tofu, l’huile et plein d’autres !

Ce que j’ai appris du défi 100% local cette année

  1. J’ai trouvé ce tofu (avec une texture vraiment parfaite!) fabriqué au Québec (et bio en plus!) 
  2. J’ai demandé à la compagnie La Milanaise (qui offre des farines biologiques de qualité) la provenance de leurs grains et j’ai été ravie de recevoir leur réponse: « Voici les grains que nous utilisions qui sont cultivés au Québec : orge, sarrasin, épeautre, maïs, seigle et avoine. Notre blé provient principalement du Québec mais aussi de l’ouest canadien. »
  3. J’ai fouillé un peu pour savoir s’il y avait des légumineuses cultivées ici et puis, quoique le Québec  n’est pas un gros producteur (comparé au reste du Canada), il y a 174 fermes en 2011 (selon Statistique Canada). Le légumineuses d’ici existe donc! Malgré qu’elles soient moins facile à dénicher en épicerie, on peut en trouver dans les marchés locaux ou chez les petits producteurs. Pour les jardiniers parmi vous, on peut aussi en cultiver nous-mêmes!
  4. Ensuite, je me suis questionnée sur les noix et j’ai été surprise d’apprendre qu’il y a plusieurs types de noix qui sont (ou qui peuvent être) cultivées au Québec tels des noisettes et des noix de pins. Encore une fois, pas toujours facile à trouver, mais ça existe!
  5. Bonne nouvelle, on a même des pâtes alimentaires préparées au Québec! La compagnie Alegria fait d’excellents produits et on a la chance ici à Sherbrooke de pouvoir en acheter en vrac au Silo (voir plus bas).
  6. Dernièrement, j’ai renoué avec l’huile de caméline, une huile qui est produite (et cultivée) au Québec. Bonus: cette huile est une excellente source d’oméga-3 en plus (1 c. à thé fournit la dose quotidienne recommandée soit 1.5 g d’oméga-3).

Et puis, même si tous les aliments ne sont pas locaux, je trouve que soutenir l’économie locale fait partie de manger local. Connaissez-vous Le Silo (épicerie bio en vrac), le Marché de solidarité régionale des AmiEs de La Terre et puis la Boulangerie Dufeu? Ce sont trois entreprises sherbrookoises que j’apprécie beaucoup.

Bien entendu, si vous avez d’autres aliments locaux à me faire découvrir, laissez un commentaire!

Laisser un commentaire